• T'oublier

     

     

    J'ai enfin décidé de t'oublier,

    Mais mon corps ne peut te résister.

    Dès que tu es dans les parages

    L'alarme de mon cœur résonne comme si un incendi s'était déclaré.

    Sans le vouloir, mes yeux te cherchent,

    Sans le vouloir je me retrouve à tes côtés.

    Moi qui voulais t'oublier.

    Pourquoi ne veux tu pas m'aider?

    Toi qui m'avais si bien rejetté.

    Dans toutes mes pensées ton visage réapparait.

    Ton nom me brûle les lèvres...

    Pendant ces deux mois, je t'ai soigneusement rangé.

    Mais pourquoi à l'annonce de la rentré as tu redécidé de me hanter?

    Alors que j'avais décidé de t'oublier...


    votre commentaire
  • Tendue vers

     

    Je tend la main vers

    Quelque chose d'inconnu

    Quelque chose d'obscure

    J'essaie de l'attraper

    Cette chose si attirante, si étouffante

    La main est de plus en plus proche

    Et pourtant si loin,

    Mais qu'est-ce?

    La vie-la mort;

    Le paradis-l'enfer...

    Mais cette chose je la veux c'est si

    Eblouissant, profond, maléfique,

    Et si jouissant...

    Je l'attrape, les doigts se referment

    Mais rien

    La main est vide...


    votre commentaire
  • Perdu

     

    Où est sa place?

    Elle qui est vide,

    Qui marche sans s'arrêter

    Sur un sentier à peine tracé.

    Elle qui est passionnée,

    Qui s'ennuie sur cette voie

    Qu'elle n'a pas choisie.

    Où est sa place?

    Cette fille qui rit sans cesse

    Mais dont le coeur lui pleure.

    Cette fille qui appel au secour

    Mais dont personne ne fait attention.

    Où est sa place?

    Elle qui aime de tout son àme,

    Mais qui même entourée se sent seule

    Cette fille si oppressée

    Sauvez là de cette vie morne.

    Elle vous tend la main

    Alors saisissez là

    Et ne la lachez pas!


    votre commentaire
  •  

    2.

     

    Dans l'avion pour le japon. C'était prévu depuis des mois, alors on ne pouvait pas dire qu'il fuyait, n'est-ce pas? Même si au fond de lui il s'avait très bien que ce projet à Tokyo était tombé à pic, cela lui permettra de moins y penser enfin c'est ce qu'il espérait...

     

     

    Comme à chaque voyage le coréen remplissait son téléphone de musique du pays, on pouvait y trouver différent style, The GazettE, Tokio, NewS, Gack, KAT-TUN, VAMPS...Il écoutait à ce moment même arashi, mais il trouvait ça trop sucré trop gai un peu trop... Puis vint un solo, d'un autre groupe, la voix était agréable, calme et dynamique, douce et forte... il s'endormi apaisé.

     

     

                                   *********************************************

     

     

    Cela faisait trois jours que Kamenashi était resté cloitré chez lui, il n'avait pas répondu au téléphone, n'avait ouvert à personne. Il était resté assis sur son canapé les jambes repliées contre son torse et le regard fixé sur la télé éteinte.

     

     

    -Il y a un problème avec Kamenashi, s'exclama Maru.

     

    -Ah bon, dit Junno.

     

    -Mais qu'il est con mais qu'il est con, pouffa Koki.

     

    -Jin est parti, souffla Ueda.

     

    -Et alors.

     

    Et trois soupires synchro se firent entendre.

     

    -Ueda va lui parler tu pourrais faire parler une pierre, dit le grand brun bizarre.

     

    -NON! C’est moi qui y vais!

     

    Ce fut donc le petit rasé qui alla parler avec Kame.

     

     

     

    Le jeune homme était donc derrière la porte de son ami.

     

    -Kame ouvre moi c'est Koki.

     

    -...

     

    -S'il te plait, il fait froid et tu sais que j'ai peur la nuit tout seul.

     

    Et oui il avait le look d'un voyou,... mais au fond de lui c'était un tendre, avec un cœur énorme, il avait peur du noir, des insectes,...

     

    -...

     

    -S'il te plait Kame je me les pèle.

    Et la porte s'entrouvrit, il entra délicatement et le suivi jusqu'au canapé.

     

     

    Ils restèrent silencieux jusqu'à ce que Koki brise ce long ...

    -J'ai toujours cette tête d'idiot? Il voyait son reflet dans l’écran noir de la télévision.

     

    Le jeune homme se retourna vers lui, le regarda dans les yeux et fondit en larmes, et Koki n'eut d'autre choix que de le prendre dans ses bras. Il avait tant de fois rêvé de l'enlacer mais pas dans ces conditions, bien sûr voler un cœur brisé était plus simple mais déloyal, c'était trop facile il n'aurait rien fait pour l'avoir. Lui voulait se battre pour conquérir le cœur de son tendre. Comme dans la belle au bois dormant où le prince réussi à franchir les obstacles pour parvenir à cueillir le cœur de la princesse en détresse. C'est pour ça qu'il était toujours le bon ami, le rigolo et non le petit copain. La solitude lui pesait, heureusement il avait rencontré Maru il lui avait redonné la foi en l'amitié mais c'est dernier temps il était tout le temps avec Ueda ils étaient devenu inséparable et Koki restait à l'écart.

     

     

    Kame s'était apaisé et semblait s'être endormi, il n'avait pas dû dormir beaucoup depuis. Il était beau, calme, des mèches lui tombaient sur les yeux, le jeune homme ne put s'empêcher de les lui remettre en place. Ses cheveux étaient fins ils avaient une jolie couleur de caramel et ils étaient agréable aux toucher. Sa main glissa sur cette peau délicate, elle était douce, sans défaut, claire comme une jeune fille. Ses paupières étaient closes avec de très long cils, son nez il n'était pas parfait mais il était en harmonie avec le reste, ensuite sa bouche ah sa bouche qu'il l'avait tant désiré ses lèvres roses et douces il rêvait de poser les siennes sur elles. Ce qu'il ne fera pas.

     

     

                               *************************************

    - Maman, Jae Joong ne veut pas me rendre mon walkman.

     

    - Jae rend lui.

     

    - Chut j'écoute les 2be3.

     

    -les quoi? s'exclama sa mère.

     

    -un groupe français de trois garçons, expliqua une de ses sœurs.

     

    - Mais chut ! C’est filip qui chante.

     

    -Je croyais que c'était Franck ton préféré.

     

    -Non j'aime plus les blonds ils ont des poils sur le visage.

     

    Ses six sœurs et sa mère se mirent à rire, tandis que le petit Bou vexé bouda dans son coin.

     

    - Madame nous n’allons pas tarder à atterrir en France, dit une hôtesse de l'air.

     

     

    Déjà à l'époque, le petit coréen avait l'habitude de prendre la musique du pays, et à ce moment là, il devait déjà préférer les garçons, faut dire il vivait avec 7 filles. Il était sortit avec plusieurs filles mais ce n'était pas suffisant à chaque fois il sentait un vide, un manque et naturellement il finit par flirter avec des garçons avec qui il avait beaucoup de succès également.

     

     

    -Monsieur, il faut se réveiller nous sommes sur le point d’atterrir au Japon.


    votre commentaire
  • Soyez un peu indulgznt voici ma première fanfic un yaoi =)

     

     

    L’amour à travers les frontières

     

    1.

     

    *Les passagers pour le vol Tokyo Los Angeles doivent se rendre à l'embarquement*

     

     

    Il avait toujours détesté cette façon de parler, il trouvait que c'était dégradant pour la femme, ça l'a rendait machine, robot, femme objet, pour lui c'était très sexiste.

    C'est un homme qui a dû avoir l'idée se dit-il.

    Aujourd'hui il détestait encore plus cette voix.

     

     

    -Il faut que j'y aille, vous allez me manquer les mecs, dit Jin.

     

    Koki lui sauta dans les bras, Ueda pleura pendant que Maru tentait de le réconforter, tandis que lui,  Kame, était derrière en retrait jouant avec ses pieds.

     

    -Casse toi Koki t'es con, en le repoussant.

     

    -Tu vas me manquer Jinjin, dit tristement Junno.

    -Oui oui c'est ça.

     

     

     

    Jin avança vers Kame et le pris dans ses bras, ce dernier se figea et dû faire appel à toute sa détermination, sa force pour ne pas pleurer. Il ne supportait pas que l'on voit ses faiblesses, il jouait toujours la comédie en public, montrant sa joie de vivre, toujours souriant, toujours positif, mais ce n'était qu'un masque. Il était fatigué, au bout du rouleau, c'était éreintant de jouer un rôle de cacher ses sentiments même devant ses proches, pour ne pas les embêter, pour ne pas les inquiéter...

     

    - T'en fais pas Kamehameya je reviendrai.

     

    Kame resserra l'étreinte afin de sentir le parfum de son tendre, cette odeur lui allait parfaitement, il sentait l'homme, la virilité. Il ne pût s'empêcher de coller son nez contre son cou, l'odeur l'enivrait à chaque fois, il remplit ses poumons de son parfum il partait, sans lui...

     

    -Tu vas me manquer Jinshi, lui souffla t-il dans le creux de l'oreille.

     

    -Toi aussi Kamehameya.  

     

    Il aimait la façon dont Jin l'appelait, la façon dont ça résonnée, un léger souffle qui chatouillait ses oreilles, et qui faisait trembler tout son corps, seul Jin lui faisait cet effet. Il aurait voulu lui dire de ne pas partir, de ne pas le quitter, que sans lui, il n'aurait plus la force de continuer, mais il ne pouvait pas lui dire, il le savait, c'était son meilleur ami son frère, ils partageaient tout ensemble, il ne voulait pas tout briser pour un amour non partagé.

     

    -Ne pars pas.

     

    -Pardon?

     

    -Non rien.

     

    -Je dois y aller.

     

    -Je sais.

    Et le brun desserra ses bras et fit demi-tour sans le regarder.

     

    -Tu nous ramèneras des américaines, avec de grosses poitrines et des hanches, des HOT, dit Koki.

    Personne ne releva.

     

     

     

    Jin enlaça Yamapi, encore un qui partait; Ryo était en France pour voir une vieille amie d'enfance, Marika, qui c'était fait larguer par son fiancé, et il en profiterait pour mettre dans son lit toutes les françaises rentrant dans ses critères. Il était un vrai coureur de jupon, pour le grand malheur de Pi qui était amoureux de lui depuis toujours. Le jeune homme était au courant des sentiments de son ami mais ne les prenaient pas trop au sérieux car chaque soir celui-ci revenait avec un homme différent. Il n'avait pas compris que c'était pour le rendre jaloux ou ça l'arrangeait bien, et Yamapi malgré ses avances restait impuissant. De plus, il était partit pour une durée indéterminée.

    Maintenant c'était Jin qui le quittait, il était son seul confident, son meilleur ami...

     

    -Tu vas me manquer vieux frère, dit-il.

     

    -Toi aussi mon frère.

     

    -Tient ! Il est où Ueda?, s'exclama Junno.

     

    Et pour une fois tout le monde fit attention à ses paroles, lui qui était le vilain petit canard, le caliméro du groupe. Toutes les têtes se retournèrent et le virent en train de flurter avec une hôtesse de l'air et un soupir collectif se fit entendre.

     

     

     

    Il prit ses bagages et partit sans se retourner et il les salua de la main. Kame l'appela, celui-ci se retourna surpris, le plus jeune lança une grosse pomme rouge et brillante au brun et sur le visage de ce dernier se dessina un sourire. Il l'a mise dans sa poche et partit.

     

     

    Tous finir par s'en allait sauf Kame qui ne bougea pas d'un poil et les heures passèrent sans qu’il ne s’en aperçoit et le long de son visage lisse et parfait, des larmes n'avaient cessé de couler, jusqu'à ce qu'une femme de ménage s'énerve et lui dise qu'il était tard, qu'il devait rentrer chez lui, qu'il l'empêchait de faire son travail. Voyant aucune réaction de sa part, elle le jeta dehors à coups de balaie aux fesses.

     

     Il prit sa voiture et erra seul dans la ville.

     

                                               ***********************

     

    Il s'était levé à l'aube pour que leur rendez-vous soit parfait, il avait pris soin de son look. Il s'était lavé les cheveux pour qu'ils aient un bon pli et qu'ils brillent, il avait mis un jean délavé troué, celui qui lui moulait bien les fesses, si bien qu'à chaque fois des femmes de tout âge les lui touchaient et lui disaient qu'elles étaient à croquer, ce qui le rendait mal à l'aise et honteux. Il le mettait de moins en moins, mais pour plaire à son cher et tendre il était prêt à faire des concessions. Il portait une chemise blanche ouverte sur sa poitrine laissant ainsi apercevoir sa peau laiteuse et si douce, une longe chaine avec une croix en argent au bout glissait le long de son torse, il était sexy à en mourir.

     

     

    Jae Joong arriva à leur point de rendez-vous à 9h ce qui lui laissait du temps pour se mettre en condition, il observait les couples dans la rue, tous se tenaient la main et certain portaient des vêtements assortis. Ce qui lui fit se rappeler de son premier rendez-vous avec Yunho une vraie catastrophe, il avait créé des t-shirt pour couples mais son chéri n'avait pas voulu le porter, ensuite ils étaient allés au cinéma, il avait choisi un film qui aurait permis au plus jeune de le réconforter, mais ils s'étaient trompé de salle, le film plut beaucoup à son amoureux mais lui avait dormi tout le long. Ensuite ils étaient allés manger au restaurant, une serveuse lui avait renversé un plat dessus, et pour finir ils étaient allés faire du pédalo et il était tombé à l'eau. Ca avait été une catastrophe mais maintenant ils en rigolaient.

     

     

    Il était midi Yunho allait enfin arriver, il alla donc se cacher derrière un panneau publicitaire pour pouvoir l'observer, c'était leur tradition en quelque sorte, Yunho était au courant de ce stratagème mais pour faire plaisir à son chéri il ne disait rien.

    Son amant apparu sur le trottoir d'en face, il était éblouissant ses cheveux châtain roux brillaient au soleil comme des éclats de diamants, il portait un marcel blanc très moulant laissant deviné ses muscles à travers le tissu, et un jean troué qui le moulait là ou il fallait. Il était à tomber et le plus petit n'avait pu détacher son regard de lui mais il devait y aller il ne pouvait pas rester cacher indéfiniment.

     

     

    Jae Joong avança vers son amant, et arrivé a son niveau il se mit sur la pointe des pieds et l'embrassa, son ami resta d'abord de marbre, puis passa ses long doigts dans ses cheveux noirs, soyeux, doux qui sentaient la pomme verte et l'embrassa avec passion, alternant douceur et force il l'embrassa comme jamais, comme si c'était la dernière fois.

     

     

    -Au revoir Jae.

     

    -Mais tu viens juste d'arriver.

     

    -Il vaut mieux qu'on arrête de se voir.

     

    -....

     

    -On nous a interdit de se voir et puis tu pars dans une semaine au japon.

     

     

     Jae Joong toujours bouche bée ne savait pas quoi répondre et sans qu'il ne s'en aperçoive des larmes coulèrent le long de ses joues et de plus en plus sa vue se brouilla. Yunho après un désolé tourna les talons et s'en alla. Il tomba à genoux et ne retenu plus ses larmes qui se firent de plus en plus nombreuses et resta immobile jusqu'à ce qu'il remarque qu'il pleuvait et que le soleil s'était couché depuis plusieurs heures. Alors il se releva difficilement et essaya de tenir sur ses jambes engourdies par le fait d'être resté des heures à genoux. Il rentra chez lui trempé et tout égratigné, tout le long du chemin il avait trébuché.

     

     

     

    Pendant une semaine il était resté cloitré chez lui, et n'avait voulu voir personne, et il se retrouvait seul à attendre son avion, il avait interdit qu'on l'accompagne. Il voulait que personne le voit dans cet état, une larve, les yeux rouges gonflés, une mine épouvantable...Il ne voulait pas qu'on s'inquiète pour lui, même s'il savait que c'était quand même le cas.

     

     

    *Les passagers pour le vol Seoul Tokyo doivent se rendre à l'embarquement*

     

                                     

     


    2 commentaires